Notre première énigme historique

Pour accompagner nos nouveaux journaux qui font découvrir l’histoire avec un grand H de façon originale, nous vous proposons une petite énigme. le vainqueur gagne un abonnement de six mois à nos journaux dans leur version papier et électronique. Envoyez votre réponse ici

Il est question de retrouver un événement ou un personnage, à l’honneur dans le numéro 20 des Epistoires de France de cette semaine.

Niveau : ★★★☆☆

 

L’énigme : en pleine Lagune Ebrié, à Mont-de-Marsan, une petite voie… mortelle. 

L’indice troublant : pour la première fois en 1697, sur le second perron de la sainte Chapelle. 

 

Bonne chance !

Cinq textes majeurs de la littérature française se cachent dans ce texte

Saurez-vous les retrouver ? Un abonnement à nos livres est à gagner… Envoyez vos réponses à bonjour@epistoire.fr

Niveau : ★★★★★

Le Pangolin à cent euros

Si le coupable était un Pangolin, combien a-t-il coûté sur le marché de Wuhan ? Rarement la question a été posée. Nos dirigeants préfèrent se concentrer sur les conséquences de cette catastrophe sanitaire. De France, la question du prix de l’animal est anecdotique. Bernard Arnault, l’emblématique capitaine d’industrie, ne s’est pas prononcé sur la question, mais une citation de lui me revient. « Je sais que seul un poisson mort navigue dans le sens du courant », affirmait-il, intriguant, en faisant sien, ce proverbe chinois, se refusant à avancer le moindre chiffre… Raquerons-nous au final 300 ou 400 milliards d’euros, mille milliards d’euros, peut-être ?

Même en faisant des plans sur la comète, il est impossible de deviner combien ce que satané bestiau va coûter à la planète. Ne tirons pas inutilement l’élastique des spéculations et revenons à cet animal, responsable de tous nos malheurs. Pangolin, en Chinois, s’écrit 穿山甲 (Chuānshānjiǎ). Il ne faut jamais négliger la source d’un problème. Or, peut-être que… L’étymologie peut venir à notre secours. Le principal synonyme du pangolin, toujours en chinois, c’est l’écaille (de pangolin). Or, ce mot n’est pas anodin.

La Chine voit sa langue interprétée différemment les mots selon les régions. Or, s’il y a des différences notables entre le nord et le sud, la racine explique l’attrait ou non de l’animal. Au sud, je sais que Chuānshānjiǎ est synonyme de viande dans le franc-parler populaire. Il y aurait donc un attrait supplémentaire au Pangolin, à Wuhan notamment, plutôt que dans le Nord et à Pékin, en particulier. Donc, le bout de ce mammifère, combien vaut-il ? Vivant, de cent à cent vingt euros, mais mort, comptez « seulement » 60 euros (500 yuans) les 500 grammes. Ça fait la bouchée bien mâchée à environ… Cinq euros. L’argent nuirait-il au goût de ce morceau que l’humanité n’a pas fini de payer ?

Bien entendu… Non, car personne ne connaît le goût que le pangolin a. En matière de folie et de gastronomie, les hommes savent produire les pires sots. Pour cela il n’y a plus de mots. Que des prières et des espoirs pour que les plus fragiles des covidés d’entre nous, ne finissent pas dans un mouroir.

 

Le prix des animaux vivants au marché de Wuhan. L’affiche prétend que l’on peut livrer à domicile les animaux après qu’ils aient été abattus. On peut aussi les livrer surgelés.

 

Nos autres blogs

Cap’ de déchiffrer ce blog ?

Un abonnement « Epistoire » de quatre livres à gagner, au premier qui nous offre la meilleure traduction français ce court texte conçu spécialement pour titiller votre curiosité. Envoyez vos réponses à bonjour@epistoire.fr !

Niveau : ★★★★☆

Lettre à un enfant qui s’ennuie (fin)*

✉️ 👼🏻🥱 (🔚)*

 

 

🥱🔝 ;  🥱⏳ 🔦 ; 🥱🚫☠️ ; 🥱🔍🌍 ❗️

 

 

🕰🦠🔒🏠👨‍👩‍👧‍👦🚷🚳,💭💪💰🌅🚀🌟.  📖❗️✍️❗️📖📖❗️✍️✍️❗️📵 ❗️📖🖋🔓⛓💊, 📖✍️🌞🔥🌊🌬🍽🧠❗️📖🧳🎶🛩🗺. 📖⏩🧞‍♂️❗️✍️⏩🏋️‍♂️🐘❗️✍️🌍🎒❗️✍️⛲️👼🏻👑❗️

 

 

✍️🖇👫🌞💐. ✍️🏨🧠,🎉🧲🥊🌀. ✍️⏰👀👂🧎‍♀️ 💍👑. ❤️✍️▶️💣🔴🟠🟡🟢🔵🟣⚫️⚪️🟤🥱. ✍️🗣. ✍️🗣🏆🥇.  ✍️⚔️⏱. ✍️🧭. ✍️🚿,🚰🌍. ⚖️❤️✍️🔛✍️❤️⚖️. 

〽️📝🍾⚛️. 🚫🥱🕸. ✍️🚇💨, 💌🌍😭. ✍️😃🔬🔭🗡⚰️. ✍️😇.

 

 

✍️👼🏻📖📖📖📖. 📖📖🧩🧩🍀🐾☯️. 🤴🏻🌹🌕🦊, 👴🏻🌊, 🐭🐭👨‍🦰👨‍🦰, 🐍👊, 🍇😡, 👨🏻➡🦗, 🟥⬛️(➡🎥👏👍),…🎈🔧. 📖📖⚙️🧠, ✍️🔋💡📡🎞.

 

 

✍️ ‼️ 🙏✍️ ❗️📖✍️, ✍️📖 ❗️🖊❓🖋❓🖌❓🖍❓✏️❓🖥🖨 ❓ ✍️ ✍️ ‼️📚🎭❗️📚💋❤️❗️ 📚🪓🔪💣❗️ 📚🏰⚔️❗️ 👻⁉️ ✍️ ‼️

🌺✈️❗️❤️❗️➕®️

 

(*) comme toujours avec les phrases, la ponctuation est importante.

 

Nos autres blogs

Lettre à un enfant qui s’ennuie

Cher [mettre ici le nom de l’enfant],

Les adultes affirment parfois des choses bizarres. L’une des plus bizarres est certainement qu’il est important que les enfants s’ennuient. Surtout pas à l’école, bien sûr ! Le plus drôle, c’est que ce sont généralement des adultes qui s’ennuient jamais qui affirment cela. Alors ?

Alors, ils ont raison. S’ennuyer est important. À tout âge. Ce n’est ni un privilège de l’enfance, ni du désœuvrement. L’ennui n’est qu’un changement de braquet du cerveau. Il est le marqueur d’une impatience, d’un souffle que l’on retient avant un grand quelque chose. On associe à tort l’ennui à des moments négatifs, au cours desquels rien ne se passe. C’est oublier que la contemplation fait partie de chaque vie. Mais surtout que l’ennui est le carburant de l’imagination.

Voyez-vous, cher [mettre ici le nom de l’enfant], on ne s’ennuie jamais bien longtemps. Si certains voyages en voiture peuvent paraître longs, le fait de les faire avec un écran devant les yeux, ne va pas les raccourcir. En revanche, au cours des phases d’ennui, vous disposerez d’un moment exceptionnel : vous observerez le monde tel qu’il est.

Des paysages qui défilent, d’autres enfants qui jouent à des jeux qui ne vous intéressent pas, la pluie qui tombe, l’absence de réseau mobile qui vous coupe des réseaux sociaux, des conversations qui vous échappent, même une leçon barbante, sont des instants rares.

S’ennuyer, c’est regarder les différences. S’ennuyer, c’est découvrir des nouveautés. S’ennuyer, c’est voir le monde autrement. S’ennuyer, c’est prendre conscience de soi. S’ennuyer, c’est se trouver.

Les plus grands instants de la vie sont précédés d’ennui, lorsqu’ils ne sont pas chargés d’ennui eux-mêmes. Prenons les écrivains. Avant de créer, ils s’ennuient. C’est de l’ennui que naît le discernement*.

À suivre…

(*) Je tiens le discernement pour l’une des plus grandes choses du monde. Le discernement distingue le civilisé du barbare. Discerner, c’est distinguer qu’entre le noir et le blanc, il existe des millions de nuances qu’aucune image ne peut nommer mais que seuls des mots peuvent définir.

Allez, un petit remue-méninges…

Dans le texte, se cachent les noms de trente écrivains de notre belle langue française. Saurez-vous les retrouver ? 

Par Eliane Ricard – (Et merci à la Librairie Coquelicot pour cette délicieuse découverte » !)

Niveau : ★★★☆☆

 

Confiné, il racontait ce qu’il ferait une fois libre, d’ici un mois, dans ces eaux-là. Ce moment semble si dur à surmonter… mais les mots, lierre de la pensée, permettent de s’évader un moment, de laisser fuir des maux passants.

 

Près de la fontaine dont les flots bercent l’oreille distraite, des oiseaux volent, terre, et racines semblent endormis. Les oiseaux sont là, souverains, beaux, jeunes encore.

Une tribu goguenarde qui boit l’eau et la bénédiction du soleil qui couvre leur air novice.

Le rabot de l’air ne les épuise pas : ils n’en font cas, mus par la douceur du jour.

Mus, c’est le mot, mais sans le mouvement : ils se posent, l’arbre vert ne bouge presque pas.

Du mât naturel, ils regardent au loin, plus ou moins anges, peu ou prou statues.

Braves bêtes, la becquée te les rend grands mais où est le bec aujourd’hui .

 

Le héros poursuit son chemin rêvé. Les ronces ardentes frôlent ses pieds.

Il avance, doucement, cherchant une aide, blonde, brune, rousse, au hasard.

Il a beau voir toute cette splendeur, il ne s’y trompe pas.

Il a beau marcher par l’esprit, il ne bouge pas en réalité pas.

C’est la force des poètes : se promener sas mouvement, sans de grands efforts.

Voir la vie en beau malgré tout, malgré les épreuves.

L’esprit est une gare : y passent mille idées qui s’enfuient et nous entraînent.

Toujours l’art a gonflé cette voile humaine, cette force : tenir bon, jusqu’au prochain voyage.

 

occupez vos enfants pendant le confinement

 

 

L’Histoire en s’amusant 

Nos autres blogs et énigmes 

 

Toujours à vos côtés 👍

Il y a une semaine, la France a été plongée brutalement dans une politique de confinement. Après avoir quitté l’école, des millions de familles ont été contraintes de rester chez elles. Pour beaucoup, cette situation est difficile. D’immenses enjeux professionnels sont dans la balance. Les parents sont plus que jamais le barycentre de l’équilibre familial et du devenir des enfants. L’école compte sur eux.

Dans le même temps, la plupart des services publics continuent à fonctionner. La Poste en fait partie. Elle est plus que jamais un lien de poids entre les familles et les individus éloignés par la force des choses. Que tous les postiers qui continuent à acheminer jour après jour les enveloppes Epistoire soient remerciés. Grâce à eux, vos enfants et continuent à recevoir nos livres et nos journaux.

Cette crise nous conduit à nous adapter. Afin d’être certains que tous nos abonnés reçoivent leurs courriers, nous avons décidé de doubler leurs envois. Outre les courriers traditionnels, peu à peu, nous envoyons leur pendant en version électronique. C’est le cas des journaux. Et chaque jour, nous reformatons l’ensemble de notre catalogue littéraire. Envoyés en pdf,  nos livres seront lisibles et imprimables au format A4 sur n’importe quelle plateforme.

Naturellement, nous restons à votre entière disposition si vous aviez la moindre question. N’hésitez pas à nous écrire. Plus que jamais Epistoire est et demeure à vos côtés.

En avant première, découvrez ci-dessous nos nouvelles « Unes », toujours personnalisées au nom de l’enfant !

Nos autres blogs

 

Inlassablement fait main

 

 

A l’heure où le label « fabriqué en France » revint régulièrement dans le débat, il est un point qui est rarement abordé : le geste. Les artisans connaissent bien cet élément. On dit qu’il faut dix ans à un artisan ou à un artiste pour acquérir un mouvement et un automatisme qui créent un geste envié.

Fabriquer à la main est aujourd’hui un luxe. Et pourtant, derrière chaque geste, il y a un être humain. Il y a un mouvement, une application, un soin, un petit bout d’âme et d’esprit que l’on transmet.

Tous nos livres sont fabriqués à la main. Ou plutôt, sont préparés à la main. En effet, ce sont les enfants qui en achèvent le montage, une fois la dernière enveloppe, contenant le dernier chapitre, ouverte.

Nous retirons une immense fierté à ce que les enfants profitent directement de ces milliers de gestes simples et efficaces. Outre la garantie d’un emploi, le fait-main remet de l’humanité là où les machines se sont imposées au nom de la modernité.

Nos autres blogs

Les envois continuent

La situation exceptionnelle qui touche la France impose d’immenses contraintes à chacun de vous. Nous en sommes conscients. Aussi, comme nous vous l’annoncions il y a quelques jours, nous faisons tout notre possible pour continuer à produire et à envoyer vos commandes, à l’heure où les enfants, confinés chez eux, ont certainement le plus besoin de lecture et d’évasion.

L’ESAT Plaisance, notre partenaire privilégié pour la production de nos livres a souhaité, à juste titre, protéger ses travailleurs handicapés. Ceux-ci sont plus fragiles que la plupart d’entre nous. Aussi, il était important de les confiner au plus vite. Notre soulagement à les savoir en sécurité n’a d’égal que notre empressement à poursuivre les envois quoiqu’il arrive. Tout le monde s’y met. Plus que jamais et tant que la Poste assurera son rôle d’acteur majeur de proximité, nos livres et nos journaux originaux continueront à vous parvenir.

Si pour une raison ou pour une autre un courrier ne vous arrivait pas, n’hésitez pas à nous contacter. Nous n’hésiterions pas à vous faire parvenir les chapitres sous forme électronique, afin que les enfants continuent à disposer de précieuses lectures?

Lire, plus que jamais, est une séquence nécessaire et indispensable dans des journées qui peuvent sembler longues ou harassantes. Nous mettons tout en oeuvre pour réduire encore nos délais de production. Et plus que jamais nous sommes à l’écoute de vos demandes particulières. Contrairement à de nombreux éditeurs, notre spécialité, c’est la personnalisation de vos demandes. N’hésitez donc pas !

Bon courage à tous,

Olivier Bruzek

Fondateur d’Epistoire

olivier@epistoire.fr

 

Nos autres blogs

En réponse à la fermeture des écoles

,


La décision du président de la République de fermer les écoles est une première dans l’histoire récente de l’Éducation nationale.

À ce titre, toutes nos pensées vont vers les familles qui vont devoir s’organiser dans l’urgence, pour faire garder à domicile leurs enfants, sans le soutien des grands-parents, confinés pour cause de pandémie.

Spécialiste de la lecture par correspondance et de l’édition de journaux historiques pédagogiques, Epistoire vous rappelle que ses services sont entièrement mobilisés pour répondre à la demande forte qu’elle reçoit depuis quelques heures.

Nos livres et nos journaux sont conçus pour enrichir, de façon ludique, la connaissance des enfants et leur pratique de la lecture. Depuis 2014, nous comptons plusieurs milliers d’abonnés. Petit à petit, nous sommes devenus une référence en terme d’enseignement à distance. Tout cela, grâce à nos inoxydables services de la Poste.

À ce jour, nous travaillons de façons croissante avec de prestigieux établissements scolaires, à commencer par le collège Stanislas. Depuis deux ans, ce groupe scolaire nous fait confiance pour accompagner la pratique de la lecture auprès de douze classes de primaire.

Depuis cette année, Stanislas, l’école Sainte-Marie-Sion, ainsi que l’Ecole Normale Catholique de Paris…, comptent parmi les fidèles abonnés de nos nouveaux journaux historiques, qui racontent de façon ludique et pédagogique les événements marquants de l’histoire (Epistoires de France et Epistoires de 1939-1945). Nos journaux sont également accessibles au sein du Bon Conseil.

Vous pouvez à tout moment souscrire à Epistoire, afin de profiter de nos services exclusifs et uniques à destination des enfants du primaire, du collège et du lycée. Partout où le courrier postal est distribué, nos lettres arrivent !

Toute l’équipe d’Epistoire se mobilise pour accompagner vos enfants dans cette période inédite.

 

Nos autres blogs

Le meilleur des deux mondes

Le dernier numéro des « Epistoires de 1939-1945 » innove à plus d’un titre. Désormais, la plupart de nos articles sont étayés par des documents d’époque disponibles sur notre site. Cette semaine, nos premiers papiers ainsi enrichis sont la bataille des Ardennes, le premier numéro de Résistance, pionnier de la presse clandestine et résistante, la sinistre ordonnance allemande du 18 décembre 1942 qui rappelle toutes les interdictions et le premier statut des juifs de 1940. 

Pour le reste, notre numéro deux des « Epistoires de 1939-1945 » passe en revue toute l’actualité historique de la semaine du 14 au 20 décembre de la seconde guerre mondiale en France et sur chacun des théâtres des opérations. Nos lecteurs iront en Corse pour découvrir le premier épisode de la saga du sous-marin Casabianca qui livre des armes au maquis en vue de préparer le débarquement allié sur l’île de Beauté. Triste fin, pour le Graf von Spee qui préfère se saborder à Montevideo plutôt que d’être détruit par la Royal Navy. En Chine, les Tigres volants descendent leurs premiers avions japonais depuis la début de la guerre. Et bien d’autres choses…

« Epistoires de 1939-1945 » est un hebdomadaire destiné à donner le goût de l’histoire en la redécouvrant semaine après semaine.

 

Nos autres blogs