Vous trouverez ici les réponses à vos questions les plus fréquentes. Si vous avez d’autres interrogations, contactez-nous !

Épistoire en quelques mots…

Épistoire… comme épisodes et histoire. Épistoire est née épiZ, d’abord sur smartphone et par SMS, mais maintenant sur papier dans des enveloppes. Nous sommes une petite maison d’édition qui s’est spécialisée dans l’édition et la publication de textes à destination des jeunes et des moins jeunes en reprenant le principe du feuilleton. Chaque semaine, un abonné reçoit par la Poste ses épisodes, et chaque jour il va pouvoir lire l’épisode du jour d’une histoire. Logiquement, cet épisode est la suite de l’épisode de la veille et préfigure celui du lendemain.

Épistoire est avant tout un projet familial. Olivier, un père de quatre enfants à l’imagination féconde, a toujours inventé des histoires à ses enfants pour lors du coucher. S’inspirant des contes des mille et une nuits, il a enchaîné les épisodes les plus rocambolesques soir après soir, prenant bien soin d’arrêter chaque épisode à un moment fatidique.

Ces réunions étaient le prétexte pour Olivier d’échanger avec chacun de ses enfants autour des mots, du vocabulaire, du monde réel imaginaire ou merveilleux. Un jour, Marine, la Maman, a suggéré à Olivier de mettre par écrit ses histoires. Le Papa conteur était né. Journaliste pendant 17 ans, dans un grand hebdomadaire national, il n’a pas hésité longtemps pour prendre sa plume et coucher par écrit des centaines d’épisodes, tous inspirés de ses voyages et ses rencontres. Tout d’abord via SMS et app mobile, sous le nom épiZ, puis par lettres, épiZ Tradition maintenant nommée Épistoire.

Épistoire est le fruit de cette dizaine d’années à raconter des histoires ou à les envoyer de l’autre bout du monde pour être certains que les enfants ne louperont pas un énième rebondissement. Avec les années, les enfants ont grandi et les histoires ont changé. Mais toutes sont désormais rédigées, prêtes à être partagées en épisodes avec le plus grand nombre.

Nous n’avons pas reçu les derniers épisodes !

Parfois, les services postaux peuvent prendre leur temps. Mais parfois, aussi, nous pouvons rencontrer quelques anicroches, une imprimante qui défaille, une semaine débordée, ou encore un pneu qui crève en apportant nos plis à nos Talents. Si, au bout de quelques jours, il ne vous semble toujours rien venir, alors n’hésitez pas à nous houspiller pour savoir ce qu’il se passe. Envoyez-nous un mail, ou appelez-nous (voir « Nous contacter »), et nous trouverons ensemble une explication à ces retards inquiétants !

Les âges suggérés pour les séries sont-ils arbitraires ?

Les âges des enfants que nous recommandons pour nos histoires sont parfaitement indicatifs. Nous connaissons des jeunes enfants qui, dès l’âge de trois ans, ont écouté leur mère leur lire les aventures d’Achille et Pénélope en Amérique. A l’autre extrémité, nous savons que des lycéens, bientôt bacheliers, lisent les aventures d’Épistoire, recommandées pour les 11-14 ans.

Le plaisir que l’on trouve dans la lecture n’a pas d’âge. Tout dépend de la personnalité de l’enfant et de son appétence à lire.

Choisissez selon votre jugement et votre connaissance de l’enfant. Ou contactez-nous pour en discuter !

Comment recevoir les lettres d’Épistoire une semaine sur deux ?

Pour des tas de (bonnes) raisons, des parents pourraient vouloir ne recevoir les histoires qu’une semaine sur deux. Cela peut-être la conséquence d’une séparation ou bien du souhait légitime que leurs enfants alternent la lecture des lettres d’Épistoire avec d’autres ouvrages. Pour cela, il suffit juste de nous l’indiquer lors de votre prise d’abonnement, ou même plus tard, en cours d’abonnement. En activant cette option, les lettres de l’abonnement trimestriel ne sont plus envoyées en trois mois, mais en six, soit tout un semestre.

Vous avez également la possibilité de recevoir les 7 épisodes hebdomadaires une fois par mois, juste un choix à faire durant votre prise d’abonnement.

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter directement via le formulaire ci-dessous ou sur edition@epistoire.fr.

Pourquoi Épistoire n’a-t-il pas d’image dans ses histoires ?

À ce jour, l’ensemble de l’édition jeunesse ne propose que des textes avec des dessins. Or, les parents le savent bien. L’image si elle est partie intégrante d’un récit, elle en perturbe aussi la lecture.

Durant près de 18 mois, nous avons testé Épistoire auprès de 300 familles. Quotidiennement, ils ont reçu leur épisode du jour des aventures d’Achille et Pénélope. Au début, les enfants étaient déroutés par l’absence d’image, tant elle est un repère omniprésent dans l’accompagnement des récits imaginaires. Pourtant, l’écrasante majorité des enfants a fini par oublier l’absence d’image. Ce n’était plus un dessin, mais la voix du narrateur qui devenait l’élément transitionnel de l’imaginaire.

Voilà pourquoi, les textes d’Épistoire ne comportent aucune illustration mais incitent l’enfant et tout particulièrement celui qui est en apprentissage de la lecture à suivre la progression de la narration en regardant les mots et les superposant avec les sons qu’il entend.

Or, on le sait, plus les enfants sont jeunes, plus leur capacité d’apprentissage est importante. Encourager leur seul imaginaire, non plus en leur prémachant des images, mais en les incitant à développer autrement leurs capacités cognitives est une chance extraordinaire à leur offrir.

Quels effets produisent les lettres sur les enfants ?

Nos lettres Épistoire ont des effets très différents d’un enfant à l’autre. C’est à l’image de leur personnalité. Une chose est certaine : Épistoire ne laisse pas les lecteurs atypiques indifférents. Les gros lecteurs et les grosses lectrices aimeront la différence avec les livres où le lecteur décide d’enchaîner les pages et les chapitres à son seul rythme.

Les petits lecteurs, autrement dit, ceux qui renâclent à ouvrir d’eux-même un ouvrage, ceux qu’il faut forcer, ceux qu’il faut encourager constamment, trouvent dans une lettre un moyen ludique d’utiliser cette merveille qu’est la lecture. La construction de nos histoires, volontairement surprenantes, aiguise naturellement l’imaginaire des enfants. Et lorsque l’épisode est dévoré. Il faut attendre.

Chez mes enfants, les histoires sont un levier. Chaque soir, si les dents ne sont pas brossées, si la chambre n’est pas rangée, si le cartable n’est pas fermé, personne ne reçoit son enveloppe. Et ça marche ! Chez nous, l’effet est garanti ! Les enfants, ne l’oublions pas, sont curieux de tout. Ils n’oublient pas qu’ils ont rendez-vous avec la suite de la veille. Et pour cela, ils sont prêts à tout : se brosser les dents sans discuter, ranger leur chambre et préparer leur cartable. Depuis plusieurs mois, nous avons ritualisé nos soirées autour des lettres. Les défiances infantiles sont désormais de l’histoire ancienne. Pour notre plus grand bonheur.

Mais, attention, cela ne veut pas dire que nos soirées sont silencieuses et monacales. Régulièrement, nous voyons des petites filles de 7 et 8 ans débarquer dans le salon, leur histoire en main, avec une question, sur un mot, sur une phrase, sur un sens qu’il faut comprendre. C’est avec un bonheur rare que nous leur répondons. Le coucher se passe ensuite sans heurts. Elles savent que la suite du lendemain se mérite…

Peut-on vous écrire ?

Oui ! Oui ! Oui ! N’hésitez pas ! Vous disposez de plusieurs formats : notre formulaire de contact ci-dessous, le courrier électronique à edition@epistoire.fr et bien entendu par voie postale :

Gribouille / Épistoire
36 bis rue de Tolbiac
75013 Paris, France

Les dessins d’enfants, les remarques, les questions, tout est le bienvenu. Et comme Amélie Nothomb, nous répondons toujours !

Comment décoller les timbres de collection des enveloppes ?

C’est très simple. Il suffit de déchirer grossièrement l’enveloppe autour du timbre et de le faire tremper dans un petit bol d’eau douce. Au bout de quelques minutes, la colle ne fait plus son effet et le timbre se décolle facilement.

En séchant, le timbre est, parfois, tenté de gondoler. Il suffit de le mettre bien au sec à plat dans un album spécial philatélie pour qu’il retrouve sa forme.

Quels timbres reçoivent les abonnés Épistoire ?

Avec Épistoire, les abonnés recoivent chaque semaine une grande enveloppe dans laquelle se trouve les sept épisodes de la semaine.

Chacune des sept enveloppes est ornée d’un timbre « vintage », soit coloré, soit de collection.

C’est semblable aux vignettes autocollantes de notre enfance qu’il fallait coller dans un album. On ne sait jamais ce qui se trouve dans la pochette. Nous espérons secrètement que ces timbres oblitérés, il y a quelques dizaines d’années pour quelques-uns, vont inciter les enfants à commencer une collection aussi désuète que merveilleuse. Et d’ailleurs, n’est-ce pas imaginable de penser que ces timbres d’un autre âge font symboliquement un nouveau voyage pour accompagner l’épisode attendu d’un enfant ?

Peut-on trouver les histoires d’Épistoire en livre ?

La réponse est non. Le principe de l’épisode repose sur une temporalité. Je connais certains parents qui distribuent plusieurs enveloppes à la fois à leurs enfants (je pense notamment à mon frère Antonin ou encore à ma vieille amie Virginie). Il n’y a pas de règles, mais imposer à l’enfant la patience d’attendre une journée pour avoir la suite est un bon remède contre l’impulsivité et l’impatience. Si les histoires d’Épistoire étaient publiées en livre, la surprise de l’attente de la suite n’aurait plus la même saveur.

Mais, ne l’oublions pas. Avec Épistoire, l’enfant se constitue un ouvrage petit à petit. Nos textes en papier sont perforés. Ainsi, on peut les relier avec le kit de reliure (option lors de l’abonnement), les glisser jour après jour dans un petit classeur d’écolier, voire les commander dans le format type Filofax et avec notre classeur Filofax, et ainsi former un ouvrage.

Qu’est-ce que épiZ App ?

Épistoire est née épiZ, tout d’abord par envoi d’épisodes en SMS, puis en app mobile.

épiZ App est une offre par terminal mobile (iPhone ou Android) qui propose, via une application, un abonnement payant pour recevoir des histoires par épisodes, à lire aux enfants. L’application permet ainsi de découvrir les épisodes quotidiennement.

Il s’agissait de l’offre initiale sous ce nom ,d’épiZ, en application mobile, qui nous a permis de formaliser toutes ces histoires. Durant cette phase d’expérimentation, il est apparu clairement que les histoires sur papier étaient une bien meilleure incitation à la lecture et à la régularité. Et que les plaisirs tant de l’écriture que de la lecture se transmettaient tellement bien par les lettres. Ce qui a donné naissance à épiZ Tradition, maintenant nommée Épistoire, nos histoires sont devenues de véritables lettres.

Un abonné Épistoire peut-il lire les histoires sur épiZ App ?

Non. Nous n’avons pas prévu à ce jour de plateforme permettant de lier nos deux offres. Les investissements sont coûteux et nous pensons que chacun des mondes peut cohabiter à l’ombre de l’autre… sans lui faire ombrage.

Mon abonnement épiz App est terminé, je ne retrouve pas mes histoires

C’est tout à fait normal. Pour des raisons techniques, les épiZodes que vous recevez via votre téléphone mobile ne sont accessibles que durant le temps où vous êtes abonnés. Le seul moyen pour les consulter après l’échéance de votre abonnement est de créer un compte et de les recevoir par courrier électronique. L’autre alternative consiste à s’abonner de nouveau.

Pourquoi créer un compte épiZ App ?

Vous êtes abonné à épiZ, l’application mobile, et pourtant, l’application vous demande de créer un compte :

La création d’un compte est une étape importante pour la réception de vos histoires. En effet, les règles imposées par Apple et Google font que nous ne savons quelles sont vos coordonnées de courrier électronique.

Créer un compte et nous soumettre votre adresse mail, vous permet de recevoir chaque jour par courrier électronique le ou les épisodes auxquels vous êtes abonnés. Vous avez alors le loisir de partager ce courrier avec un baby-sitter, une nounou, un grand-père ou une grand-mère, bref, avec toute personne qui garde l’enfant à qui est destinée l’épiZode du jour.

Recevoir un épiZode par courrier électronique a un autre avantage qui n’est pas négligeable. Il offre la possibilité aux abonnés d’imprimer le texte afin de ne pas avoir à le lire sur un écran. Ce point est d’autant plus important que les yeux des enfants aujourd’hui sont extrêmement sollicités par la multiplication des écrans dans les foyers. Quotidiennement, c’est sur une feuille de papier que l’on peut leur lire un récit.

Comment nous contacter ?

  • En utilisant notre formulaire de contact, sur cette page.
  • En écrivant un mail à bonjour@epistoire.fr.
  • En nous appelant au +33 6 88 85 44 80.

Quels sont les formats d’impression des Épistoires ?

Les chapitres de vos Épistoires peuvent être imprimés en différents formats, et pour certains nous joignons un kit de reliure personnelle :

  • A5 avec 2 trous de perforation adaptés à notre kit de reliure (8,5 cm d’écartement), kit inclus
  • A6 avec 2 trous de perforation adaptés à notre kit de reliure (8,5 cm d’écartement), kit inclus
  • A5 avec 6 trous de perforation adaptés à un classeur de type Filofax™, aucun kit inclus
  • A5 avec 2 trous de perforation adaptés à un petit classeur d’écolier (10,4 cm d’écartement), aucun kit inclus (mais pouvez acheter un de nos classeurs Filofax avec intercalaires personnalisées)

Envoyez-nous un mail

3 + 4 = ?