Vive les dyslexiques !

,

Depuis quelques jours, Épistoire propose une collection spéciale dyslexiques de chacun de ses textes.

Ce projet de longue haleine remonte à un peu plus d’un an. À l’époque, nous avons été confrontés à de nombreux parents qui nous ont demandé si nous pensions faire quelque chose en faveur des dyslexiques. Nous ne pouvions leur répondre non. Être « dys » peut virer au cauchemar lorsque l’on est un enfant dys ou un parent confronté à ce handicap.

Nous avons donc retroussé nos manches et inlassablement expérimenté les formules pour trouver la meilleure des mises en page. Dont acte ! C’est ainsi qu’est née notre collection Dys-Positive + : des lettres spécialement conçues pour les dys et qui se transforment en livre personnalisé au nom de l’enfant

Le nom de notre collection en dit long sur notre perception des troubles dys. Être dys est un frein, mais c’est également une chance. Proposer à des dys, des textes adaptés à eux, est bien plus qu’une nécessité. C’est une obligation morale et collective. Nous devons tous nous mobiliser pour que les dys puissent s’accrocher dans la lecture.

Notre amie Katinka qui collabore régulièrement avec nous est une pro des réseaux sociaux et de la formule bien troussé. Elle peut en témoigner car Katinka est une ancienne dys. Le mot « ancienne » est important. On peut surmonter une dyslexie en la dépassant. De célèbres dys tels que Picasso, Jules Verne, Einstein, Léonard de Vinci, Beethoven, Mozart, Winston Churchill ou Agatha Christie en sont la plus belle illustration.

Je ne résiste pas à conclure sur un texte, transmis pas Katinka. Il s’agit de la bouleversante lettre d’une dyslexique, devenue adulte, qu’elle a écrit à l’enfant qu’elle était.

Juste avant, je tiens à remercier toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont participé à a mise au point de notre collection Dys-Positive + et à son enrichissement permanent : Marine, Hélie, Sybille et Diego (à Bruxelles), Sibylle (à Paris), Zoé, Valérie, Inès, Louis-Marie Sophie, Bénédicte… Et bien entendu, chacun des Talents de l’Esat Plaisance, sans qui Épistoire ne pourrait fonctionner.

La lettre de Pip Jamieson, dyslexique et fondatrice de « The Dot ». À lire si vous êtes parent d’un enfant dyslexique, autiste, TDAH, dyspraxique ou si c’est vous l’êtes.

Chère Pip,

Je sais que tu es aux prises avec ta dyslexie en ce moment, et j’aimerais être là pour te faire un gros câlin.

Il n’y a pas de honte à ce que tu traverses. Oui, c’est véritablement frustrant que ton cerveau fonctionne tellement plus vite que ton stylo et qu’il soit difficile de  transcrire en mots, les idées qui sont dans ta tête.  Mais, c’est parce que ton cerveau est connecté d’une manière étrange et merveilleuse 🙂

Ne te laisse pas abattre – les années à venir vont être difficiles – vraiment difficiles ! 

Tu continueras à prendre du retard à l’école… La lecture et l’écriture te sembleront parfois des exploits impossibles.  Certaines personnes te traiteront d’imbécile, et même, certains de tes professeurs !  Mais ne le laisses pas abattre par ces idiots.

D’ici peu, tu leur seras reconnaissant d’avoir construit en toi, un puits profond de résilience et de détermination pour leur prouver qu’ils ont tort. Je suis si fière de toi pour avoir travaillé si dur ! Je sais qu’il n’est pas amusant de manquer du temps avec tes amis pour suivre des cours de rattrapage.

Je te promets aussi que toutes ces soirées tardives, passées avec une lumière sous ta couette en train de lire et d’écrire en vaudront la peine. Un jour, cela deviendra plus facile, et même si ce n’est pas le cas en ce moment, ce jour-là, tu vivras ta dyslexie comme une superpuissance.

Être dys donne des dons d’empathie, de résilience, d’intuition et de créativité. Or, ces dons deviendront les éléments les plus précieux de ton avenir.  Un jour, tu réaliseras que ton cerveau fait des liens comme personne. C’est pourquoi 35% des entrepreneurs et 40% des millionnaires autodidactes sont dyslexiques…

Des personnalités de premier plan comme Richard Branson, Anita Roddick, Steve Jobs et même la belle Holly Tucker ont connu la dyslexie.  Si beaucoup de gens rêvent d’être des entrepreneurs Pip chérie, la dyslexie signifie que toi, tu es vraiment faite pour cela. 🙂

Alors continue de t’accrocher, mon enfant, une fois que tu t’en sortiras, tu seras capable de traverser n’importe quoi !

Je t’embrasse,

Pip Jamieson, fondatrice et PDG de The Dots

Cliquez ici pour lire le texte original en anglais.

London, UK